Un château du peuple ? Cherchez le Lou !

Château et populo, ça ne rime pas forcément. Sauf au Lou-du-Lac ! Cette micro-commune d’Ille-et-Vilaine (rattachée en 2016 à la Chapelle-du-Lou) était connue au-delà du canton pour son pittoresque café de campagne tenu depuis 1925 par la famille de Marie Berthier. Comment une modeste roturière s’est-elle retrouvée propriétaire de ce château ? Un peu d’histoire d’abord.

Construit initialement au 15e siècle, il fut réédifié au milieu du 17e siècle pour les La Lande par Vincent Barleuf, prieur de l’abbaye de Saint-Jacques de Montfort – également maître d’œuvre de châteaux à la Chapelle-du-Lou et à Romillé. Là, il s’est inspiré du plan et de la silhouette du Parlement de Bretagne qui venait d’être achevé… cela ne sera pas le sort du château du Lou, dont l’escalier central se retrouve du coup, latéral !

Sautons les siècles. En 1924, le proprio, aristo fauché, décide de le vendre (15 000 anciens francs) à son locataire qui tenait une forge sur ses terres. Le forgeron transfère alors son atelier près du château et sa femme son commerce dans ces vénérables murs, faisant peut-être de son café-buvette-épicerie le premier « drugstore » de Bretagne ! Le commerce fut naturellement repris par leur fille Marie qui ne l’a quitté qu’à 90 ans passés, en 2013.

Je l’ai fréquenté au terme de balades dans ce site bucolique avec tour du 15e siècle, chapelle et étang. Quels bons souvenirs que ces « cafés bouillus » pris devant l’énorme cheminée 17e, en compagnie de promeneurs, de chasseurs, de pêcheurs, de footballeurs, de jeunes (qui trouvaient là une échappatoire à la maison des parents) et parfois au milieu des pots de chrysantèmes, envahissant toutes les tables à l’approche de la Toussaint.

Bref un vrai lieu de vie qui a disparu mais que l’association Chez Marie souhaite faire perdurer. Leur but pour garder l’esprit de ce « château du peuple » est d’abord le rachat. Pour rassembler 225 000 euros, ses membres ont créé une société coopérative civile immobilière (SCCI) et lancent un appel à souscriptions.

« L’objectif est double : préserver l’avenir architectural du bâtiment en l’inscrivant aux Monuments historiques et rouvrir un bistrot associatif», explique Philippe Guigon, l’un des fondateurs du projet. Ancien aiguilleur du ciel, il se souvient qu’étudiant en histoire de l’art, c’était le seul château qui lui était ouvert. L’archéologue aérien amateur précise que ça ne sera que la première étape. Ensuite il y a beaucoup à faire : mettre le bâtiment hors d’eau et le remettre aux normes (« pour l’instant, il est aux normes de 1932 ! »). Sur le long terme, l’enveloppe tourne autour de 800 000 €. Heureusement, la Fondation du patrimoine soutient le projet. Mais il faut encore beaucoup de fonds (« un passage aux Carnets de campagne, de Philippe Bertrand, sur France Inter, ça aide » !). En attendant, la bande à Marie a nettoyé et recreusé les douves où les vaches paissaient : ils ont arraché les arbres dont la cime commençait à dépasser les murs, puis ils ont enlevé 80 cm d’humus.

Vous l’aurez compris, cette affaire n’est pas qu’une question de bras. Il faut des sous ! Alors, à vot’bon cœur, m’sieurs-dames, devenez copropriétaire d’un château. Même si vos chances de jouer au châtelain sont minimes, vous aurez la satisfaction d’exprimer votre goût des autres et l’amour des belles pierres en vous riant des frontières car « un Londonien et des Néo-Zélandais ont participé », s’amuse Philippe. Participer, c’est essentiel.

MCB

 

 

Pour en savoir plus : une foire aux questions les plus courantes (onglet ci-dessus)

 

Pour participer à l’achat du château du Lou du Lac, c’est par ici !

 

Pour mieux connaitre l’histoire du château du Lou du Lac, c’est par là !

 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/chapelle-du-lou-du-lac-acheter-morceau-du-chateau-faire-revivre-lieu-1841180.html

 

https://www.leparisien.fr/societe/ille-et-vilaine-vers-une-renaissance-du-chateau-du-peuple-pres-de-rennes-19-06-2020-8338413.php


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *