Maillols et moi, ce fut un coup de foudre… très professionnel (d’ailleurs, sa femme ne le lâchait pas d’une semelle !). Vous imaginez une jeune diplômée d’architecture – qui a étudié en détail les Horizons et la Barre Saint-Just – se voir confier une exposition sur Georges Maillols ? Ce projet des Archives municipales était initié par sa directrice Catherine Laurent, très heureuse de « lancer une expo sur quelqu’un de vivant ». Qu’est-ce qui pouvait provoquer une telle exception ? Le fait que Maillols vienne de leur confier les archives de son agence, certes, mais surtout une occasion de rendre hommage à l’homme qui a redessiné la ligne d’horizon de la ville. Pourquoi ai-je envie d’en parler ici ? Parce qu’un article dans le dernier journal municipal rennais en parle comme d’une « starchitecte »… et ça m’énerve ! Pourtant j’aime la plume et l’art du titre de Jean-Baptiste Gandon mais ce titre me semble trop injuste.

Un « starchitecte », c’est le grand manitou, toujours entre un TGV et un avion, qui a l’art de séduire les élus (qui adorent les stars !) et de faire travailler ses collaborateurs en regardant vite fait par-dessus leur épaule entre deux interviews et des remises de médaille. Maillols, lui, appartient à cette génération de concepteurs qui venaient s’installer dans la ville où ils avaient obtenu d’importantes commandes – tel Georges-Robert Lefort à Guingamp et donc, Georges, à Rennes.

L’autre défaut de l’article de Jean-Baptiste est qu’il ne mentionne pas du tout celui ou ceux qui permettent les grandes œuvres. Or sans commanditaire avisé, ni élu visionnaire : pas d’architecture marquante !

Pendant qu’Arretche rebâtissait Saint-Malo (avec Cornon), Maillols – venu en Bretagne prendre la suite du cabinet Couasnon – est sollicité par le maire Henri Fréville pour travailler à la suppression des quartiers insalubres de la capitale bretonne. Il réalise la rénovation de l’ilot Jules Simon – La Chalotais – Poullain-Duparc. C’est alors qu’il rencontre Albert Lamotte, promoteur ambitieux et clairvoyant. Et les Rennais vont bénéficier de « l’intelligence d’un tandem inventif » (titre d’un sujet de France 3). On doit à ce duo l’érection de la Barre Saint-Just et des Horizons pour ne citer que les plus emblématiques édifices de la ville (je préfèrerais parler d’un trio car le rôle de l’adjoint à l’urbanisme de l’époque, Georges Graff, est fondamental). Les tours jumelles du Bourg-l’évêque ont même détrôné le Parlement au palmarès des plus photographiés de la ville. Quand certains n’y voient qu’un grand machin en béton (donc « moche »), d’autres pressentent toute la complexité de l’œuvre apparemment si simple. Elle fut d’ailleurs unanimement saluée par le ministère, la presse et les habitants. Anecdote amusante : quand je travaillais à l’expo et au catalogue Horizons Maillols, j’ai rencontré un jeune couple qui ambitionnait de faire le « parcours Maillols » : entendez par là qu’ils avaient habité étudiants aux Horizons, jeunes parents dans une maison « Tournesol » à Patton, et qu’ils rêvaient de passer leur retraite à la Barre Saint-Just.

 

Au-delà d’un lieu de vie et d’un symbole, les Horizons inspirent non seulement les photographes (merci encore à Thierry Jéron pour la photo de couv’ de mon site) mais aussi les artistes qui viennent à Rennes. Graveurs, dessinateurs, peintres n’en finissent pas de jouer avec les lignes géométriques des façades composées par Georges. Comme Pauline K qui expose actuellement à l’Antre Temps (45, rue de la Parcheminerie à Rennes. Jusqu’au 17 octobre)


1 commentaire

Bourges · 26 septembre 2020 à 10 h 00 min

Très intéressant ! Je suis sûre que beaucoup de rennais ne connaissent pas bien l’architecte Maillols , et cela nous permet d’apprendre à lever les yeux quand on se promène dans Rennes , à cette époque où si la bouche et le nez sont masqués, les yeux doivent encore plus rester grand ouvert!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *