À Chateaubourg, il jardine l’art … de vivre ensemble

A l’heure où vient de se dérouler le 102ème Congrès des maires de France, je concrétise cette idée de vous livrer un entretien par mois avec un maire dont j’ai croisé le chemin dans ma vie professionnelle. Platon disait « l’homme est par nature un animal politique ». J’y souscris ! En tous cas, quoiqu’on en pense, la politique influe sur nos vies et je dis « respect ! » aux gens qui s’engagent au niveau local. Je commence avec Teddy Régnier, maire de Chateaubourg (venu au lancement du Bretagne Magazine spécial Vitré, merci !). Foin des maires « qui se la pètent », le jeune maire croit fort à l’alliance de l’économie et de la culture. Des idées concrètes qu’il met en application depuis son élection en mars 2014.

MCB: Devenir maire de Chateaubourg, vous en rêviez tout petit ?

Teddy Régnier : Pas spécialement. Je suis fils d’agriculteurs de Mondevert, dans le pays de Vitré. Mes parents ont évolué, avec succès, vers l’élevage de pur-sang. Moi après ma prépa HEC, j’ai fait une école de commerce et Sciences Po Paris. C’est là que j’ai pris goût à la politique. Ma vie professionnelle a commencé chez Yves Rocher. J’y ai rencontré ma femme. Convaincus qu’il n’était pas souhaitable de rester dans la même entreprise, je suis parti travailler d’abord chez Lidl, puis dans une entreprise de négoce de bois, appartenant à des financiers anglais. Ils l’ont dépouillée et bradée. J’habitais à Châteaubourg depuis peu. Je me suis lancé dans la campagne des législatives, sous la bannière de Borloo.

MCB : Tout jeune, alors ?

T.R. : Trente-et-un ans. Cette expérience m’a préparé pour les municipales.

MCB. : Vous aviez le sens du contact ?

T.R. : Disons que je l’ai acquis très tôt quand j’accompagnais ma grand-mère qui vendait des volailles sur le marché. Ado, j’animais les soirées du lycée puis dans des mariages.

MCB: En 2014, vous accédez à la mairie. Quel regard aviez-vous sur cette ville ?

T.R. Elle était endormie et un peu clanique. Avec mon équipe, nous avons mis en place un projet avec une identité. On a opté pour la sculpture. Sur le modèle de Bécherel avec les livres ou la Gacilly avec la photo.

MCB: Vous êtes vous inscrits dans la synergie Jardin des Arts ?

T.R. : Évidemment ! Ar Milin participe à la renommée de Chateaubourg et l’événement créé par Gisèle Burel fédère la population, les entreprises et les écoles. C’est formidable ! Comme tout projet urbain doit s’inscrire dans le temps, là, on a gagné quelques années. Et j’aime bien l’idée de …sculpter l’avenir !

MCB: Concrètement, que fait la municipalité ?

T.R. : Nous invitons chaque année un sculpteur à exposer dans la ville plusieurs œuvres et on lui en achète une. Nous avons créé un parcours jalonné de panneaux explicatifs sur la sculpture. Trois kilomètres en 2016. Trois autres kilomètres vont s’ajouter bientôt. De belles balades dans la verdure, jusqu’à l’église de Saint-Melaine ! À la rentrée prochaine, nous lançons des cours de sculpture, pour enfants et pour adultes avec Vitré Communauté.

MCB: C’est « Tout Chateaubourg sculpte »! Vous copiez Rennes avec Tout Rennes nage, court, etc… ?

T.R. : Vous rigolez mais les Castelbourgeois n’en sont qu’à 15 mn ! Et on en profitera encore davantage avec la deuxième ligne de métro dont un terminus sera à Cesson, de notre côté !

MCB: Revenons à Châteaubourg. On y travaille (zone d’emploi dynamique). On y sculpte. On y fait du sport (nouvelle salle livrée cette année). Mais encore ?

T.R. : La vie associative offre un choix varié, pour tous. Nous sommes particulièrement fiers de trois initiatives originales à destination des jeunes et des mamans. Leur but est de fédérer, de transmettre et de responsabiliser. Pour les ados, nous avons lancé G2C, une asso d’événementiel musical. On leur a donné le presbytère brut. Ils l’ont aménagé et en prennent soin. Un an après, tout le monde est content… même les gendarmes qui observent une chute notable des incivilités.

MCB: Sur le sujet de la transmission ?

T.R. : Nous avons demandé à une trentaine d’artisans et d’ouvriers à la retraite d’encadrer tous les mercredis un groupe de collégiens. Ils disposent d’un local avec six ateliers pour s’initier à la mécanique, à la menuiserie, au carrelage, à l’électricité…

MCB: Les mamans doivent être contentes !

T.R. : D’autant plus qu’on leur propose aussi des rendez-vous : café-papote ou goûter-bricole. C’est super pour l’intégration et pour créer du lien social.

MCB: Vous organisez un trail en mars 2020 et le Journal de Vitré évoque votre engagement sur le Zéro déchet. Peut-on dire « Chateaubourg, vivre en intelligence ?

T.R. : Quand on fait de la politique, on le souhaite !

MCB

Jardin des Arts lance sa chaîne YouTube 

Cette année, Jardin des Arts ouvre sa propre chaîne YouTube !

Cinq vidéos – réalisées par Charles Crié – sont d’ores et déjà visionnables : présentation de l’exposition Jardin des Arts, de l’association Les Entrepreneurs Mécènes ou encore des portraits des 6 artistes exposant leurs oeuvres dans le Parc Ar Milin’ et la ville de Châteaubourg


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *